Posts categorized "Web" Feed

Dessay, 2ème

14.10.07

Je ne voudrais pas donner l’impression de faire une fixation sur elle, mais l’interview de Natalie Dessay par Charlie Rose vaut le détour (c’est en anglais) :

Évidemment, la question est de savoir si elle est aussi bonne comédienne qu’elle souhaiterait l’être…

[via My Favorite Intermissions]


Pour ceux qui aiment la Dessay

7.10.07

Le site du Metropolitan Opera propose de revoir sa scène de la folie dans le Lucia de Mary Zimmerman qui a ouvert la saison. C’est ici. (Personnellement, je trouve qu’elle fait plus fatiguée que folle… mais la voix est impressionnante.)


Quelque chose me dit…

… que ceux qui étaient présents vont s’en souvenir longtemps.

C’était le “Prom” numéro 48, le 19 août dernier, en conclusion d’un concert durant lequel Dudamel et le Simón Bolivar Youth Orchestra of Venezuela ont donné notamment la 10ème symphonie de Chostakovitch, qui a enthousiasmé les critiques.

[via Alex Ross]


Flight Memory

20.8.07

Ce site permet de conserver des informations sur ses vols en avion afin d'en tirer quelques statistiques. Je n'ai évidemment aucun moyen de reconstituer mon historique complet, mais ça m'amuse de voir que les seuls vols retrouvés représentent 12,25 fois le tour de la Terre à ce jour... dont plus de deux tours complets déjà cette année.

L'expérience m'a aussi permis de me replonger dans mes vieux agendas pour tenter d'y retrouver des informations. Mes agendas papiers de 1989 à 1998 se sont révélés précieux. Passage à l'agenda électronique en 1999... et aucun historique pendant plus de deux ans ! Dans la période récente, je me suis astreint à des archivages réguliers, mais certaines périodes présentent des "trous"... Et même lorsque j'ai l'agenda, je n'ai pas toujours noté le détail de mes vols, loin de là. Il manque en particulier beaucoup de vols vers les Etats-Unis, que j'essaierai de reconstituer par d'autres biais.


Le Concerto pour piano d’Esa-Pekka

19.2.07

Vous le savez peut-être, le New York Philharmonic vient de créer le Concerto pour piano d’Esa-Pekka Salonen, avec le compositeur à la baguette et Yefim Bronfman au piano. Comme c’est désormais le cas pour tous les concerts du New York Philharmonic, on peut aller se faire une idée en écoutant ici un enregistrement (d’excellente qualité) du concert. Attention, il n’est disponible que jusqu’au 2 mars.

La création a été reçue avec enthousiasme par le public, soulagé d’y distinguer des motifs rythmiques et mélodiques pas trop déroutants. C’est à la fois la force et la faiblesse du Concerto : il ressemble trop à des choses connues pour pouvoir être considéré comme vraiment “nouveau”, mais cette confortable familiarité le rend en même temps extrêmement séduisant. Anthony Tommasini, le critique du New York Times, a entendu l’influence de Messiaen. Pour ma part, j’entends aussi Ravel et Prokofiev…

Mais il est indéniable que cette partition, avec ses motifs rythmiques obstinés, ses envolées lyriques, ses jolies teintes sonores, son sens du mouvement rarement interrompu, son “inexorabilité” en somme, possède des charmes considérables et assez irrésistibles. Le son ample du New York Philharmonic se combine au beau jeu limpide mais décidé de Bronfman pour produire une musique pleine de caractère et d’entrain. Il faut noter aussi de très belles performances de solistes de l’orchestre, beaucoup mis à contribution par la partition.


Tout Mozart

13.12.06

Ils l’ont fait : des partitions numérisées de l’intégrale de l’œuvre de Mozart sont disponibles ici. Le site est un peu poussif, mais la richesse du fonds donne le vertige !


Encore une jolie initiative pédagogique

21.11.06

Le Philharmonia Orchestra propose sur son site une section pédagogique remarquable nommée “The Sound Exchange” (en anglais). On y trouve une description des instruments de l’orchestre, des extraits sonores, des interviews de musiciens de l’orchestre,… Elle mérite la visite.

Au passage, le site de “Keeping Score” (dont j’avais parlé ici) propose désormais deux magnifiques animations consacrées à Copland et au Sacre du Printemps de Stravinski.


Encore quelques trésors

2.11.06

Via On an Overgrown Path, nous découvrons un fabuleux site japonais consacré à des enregistrement du légendaire Leopold Stokowski. Les enregistrements les plus anciens datent… de 1919… et sont tout à fait écoutables, comme par exemple ce fort paisible Largo de la Symphonie n°9 de Dvorak. Les plus récents datent du début des années 1940, comme ce Prélude à l’après-midi d’un faune, enregistré avec le Philadelphia Orchestra. Chapeau au contributeur anonyme qui a pris la peine de mettre à disposition ces 78 tours, qui constituent un précieux et magnifique témoignage historique.

Puisque nous parlons du Prélude à l’après-midi d’un faune, je recommande la visite de cet excellent mini-site consacré à l’œuvre. Il fait partie d’un site plus large très intéressant à parcourir, proposant quelques discographies sélectives fort bien conçues.

Autre ressource musicale remarquable, via Alex Ross : le site consacré par Carnegie Hall au 70ème anniversaire de Steve Reich. On y trouvera toutes sortes de commentaires, d’extraits… et une démonstration interactive permettant de comprendre comment Reich bâtit des sons en superposant des rythmes simples mais irréguliers. C’est assez fascinant (la démonstration est en deux parties ; n’oubliez pas la seconde).


Magnifique pédagogie

1.11.06

Michael Tilson Thomas, l’éminent directeur musical du San Francisco Symphony, anime une remarquable initiative pédagogique intitulée “Keeping Score, Revolutions in Music”. Trois émissions diffusées sur la chaîne PBS seront consacrées respectivement à Beethoven, Stravinski et Copland (diffusion les 2, 9 et 16 novembre). Les bandes annonces sont alléchantes. Mais ce qui fait l’originalité de cette série, c’est qu’elle ne se limite pas à la télévision : des compléments seront diffusés à la radio, mis en ligne sur le site de l’émission ou édités en DVD.

Un splendide complément à l’émission sur Beethoven est d’ores et déjà en ligne : une exploration interactive de la troisième symphonie. On y trouve non seulement toutes sortes de repères historiques et musicaux, magnifiquement présentés, mais aussi une immersion dans la partition de la symphonie. Partition à l’écran, un curseur suit la musique tandis que le San Francisco Symphony interprète les extraits correspondants dans une fenêtre vidéo. Des repères indiqués sur la partition renvoient à des commentaires vidéo de MTT ou d’autres. La conception d’ensemble est exemplaire. Il y aura sans doute l’équivalent pour Stravinski et Copland.

Sur le site de PBS, on trouve également l’émission pilote consacrée à la quatrième symphonie de Tchaïkovski.


Une tête connue…

6.10.06

Br J’ai vu cette dame à Toronto… et ça me fait un drôle d’effet de la retrouver dans cet article d’ocregister.com, une gazette d’Orange County. Je me demande si je la recroiserai à l’occasion de l’un de mes prochains Rings (New York en juillet, Covent Garden dans un an).


Curiosités pianistiques

2.10.06

Ettenauer Connaissez-vous Margaret Leng Tan et Isabel Ettenauer ? Ce sont deux des spécialistes mondiales du piano-jouet. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas une plaisanterie, mais une discipline très sérieuse, dotée d’un répertoire spécifique. Ettenauer vient même d’avoir les honneurs du New York Times… Quelques extraits audio sont disponibles sur son site. Vous pouvez même acheter un CD.

Dans mon billet “Des orchestres sans musiciens ?”, j’avais signalé un film d’un violon qui joue tout seul. Dans le même esprit, on pourra s’émerveiller devant cet enregistrement de Fazil Say jouant un arrangement pour piano à quatre mains du Sacre du Printemps avec… un enregistrement de lui-même.


Encore plus fort, et ça s’est passé à quelques mètres de mon hôtel de Toronto, dans le Studio Glenn Gould de la Canadian Broadcasting Corporation, voici une vidéo dans laquelle un piano joue les Variations Goldberg comme Gould lui-même les a enregistrées en 1955. Un programme analyse l’enregistrement de 1955 et reproduit le toucher et la pédale pour obtenir le même son. On ne sait pas très bien à quoi ça sert, mais c’est troublant.

(Tout cela via The Well-Tempered Blog.)


On se console comme on peut (2)

19.9.06

Ayant lamentablement échoué à trouver un billet pour voir ce concert malgré la coopération du respectable Concierge du Grand Hôtel et l’aide précieuse du non moins respectable Monsieur gV… et les subtiles manifestations de ma part sur le trottoir devant Pleyel pour faire comprendre que j’étais prêt à beaucoup de compromissions pour obtenir une place n’ayant curieusement produit aucun effet…, je me suis retrouvé précocément chez moi…

… et je me suis consolé en regardant ces très intéressants enregistrements vidéo du Koninklijk Concertgebouworkest avec ses chefs successifs… dont l’un, bien sûr, officiait au même moment dans l’atmosphère très blanche de la nouvelle Salle Pleyel.

(Le serveur est capricieux. Il faut être persévérant…)


Flâneries musicales sur le Web

11.9.06

J’ai évoqué il y a quelque temps le très intéressant article consacré par Justin Davidson à l’art de la direction d’orchestre dans un récent numéro du New Yorker. Pour compléter la lecture, le New Yorker propose sur son site une vidéo dans laquelle Davidson analyse et commente le style de quelques chefs : Fürtwangler, Karajan, Tilson Thomas, etc.

Je recommande aussi la lecture de ce billet de Timothy Mangan, un musicien et critique californien, dans lequel il livre les commentaires que lui inspirent quelques scènes du DVD dont sont extraits les enregistrements de la vidéo du New Yorker.

Autre lecture intéressante : le texte d’une allocution de Kirill Kondrachine au sujet des symphonies “à programme” de Chostakovitch (via le blog du chef d’orchestre Kenneth Woods).

Je relève également cette liste d’écoutes recommandées pour s’initier à la musique du 20ème siècle (dont l’auteur, le compositeur et critique Kyle Gann, s’attache à préciser qu’elle est nécessairement réductrice et critiquable, mais qu’il faut bien se jeter à l’eau). Je suis loin de connaîtres toutes les œuvres citées ; je me mets la liste de côté.

Et, pour se distraire, une bien curieuse représentation de Seiji Ozawa (via le blog de Matthew Guerrieri) :

 


On se console comme on peut

5.7.06

Comme l’écoute en direct de Radio Classique s’est arrêtée sans crier gare à la fin du 2ème mouvement de la 5ème de Mahler (Berliner Philharmoniker, Rattle) retransmise en direct d’Aix-en-Provence, je me console grâce à cette brève de Slate sur le dernier lapsus de George W. Pour prolonger le plaisir, la collection complète est ici.