Concert Staatskapelle Berlin / Barenboim à la Philharmonie
“Bumblescratch”

“Half a Sixpence”

Festival Theatre, Chichester • 3.9.16 à 19h30
Musique et lyrics : David Heneker. Livret original : Beverley Cross, d’après Kipps de H. G. Wells. Nouveau livret : Julian Fellowes. Nouvelles chansons : George Stiles et Anthony Drewe.

Mise en scène : Rachel Kavanaugh. Direction musicale : Graham Hurman. Avec Charlie Stemp (Kipps), Devon-Elise Johnson (Ann Pornick), Emma Williams (Helen Walsingham), Ian Bartholomew (Chitterlow), John Conroy (Shalford), …

J'avais dit un mot de cette comédie musicale typiquement anglaise de 1963 lorsque j’en avais vu une production en tournée à Brighton en octobre 2007. Inspirée du “roman social” Kipps de H.G. Wells, une parabole sur l’ambiguïté du lien entre richesse et classe sociale, elle avait été initialement façonnée autour des talents de Tommy Steele, un “performer” anglais immensément charismatique, alors au sommet de sa gloire.

Partant du principe que l’œuvre originale n’avait plus de potentiel commercial, Cameron Mackintosh a commandé un nouveau livret à Julian Fellowes (connu pour Downton Abbey) et de nouvelles chansons au célèbre duo Stiles & Drewe, déjà auteurs des chansons additionnelles de Mary Poppins. L’un des objectifs affichés était de rendre le spectacle moins dépendant de la personnalité de l’interprète du rôle principal.

Une telle entreprise me rend sceptique pour deux raisons.

D’une part pour une question de principe. Je ne suis pas sûr d’approuver une démarche consistant à déchiqueter une œuvre pour en redistribuer les chansons autour d’un livret remanié en les complétant de chansons supplémentaires. Pourquoi ne pas écrire simplement une nouvelle adaptation ? Le cas de Mary Poppins était différent : le film d’origine ne pouvait pas être transposé à la scène sans un travail d’écriture. Dans le cas de Half a Sixpence, le résultat est un curieux gloubi-boulga pas très digeste.

D’autre part pour une question de réalisme. Half a SIxpence est l’histoire d’un personnage singulier, Kipps. Dans la version originale comme dans la version remaniée, Kipps est dans toutes les scènes, ou presque. Il n’est pas réaliste de vouloir rendre le spectacle indépendant de la personnalité du comédien qui l’interprète.

Et c’est d’ailleurs là que le bât blesse le plus, car le comédien qui interprète le rôle principal, Charlie Stemp, a le charisme d’un papier gras balloté par le vent. Certes, il est jeune, mignon et très bon danseur… mais il ne possède pas cette star quality qui fait converger tous les regards vers les comédiens réellement charismatiques. La comparaison avec d’autres comédiens présents sur scène est d’ailleurs cruelle, en particulier avec Ian Bartholomew, qui ne fait qu’une bouchée du rôle de Chitterlow, l’homme de théâtre orgueilleux et excentrique… ou même avec John Conroy, qui s’impose plus avec le petit rôle de Shalford que Kemp ne le fait pendant toute la pièce.

La pièce, du coup, est très inégale. Le premier acte ne fonctionne guère, d’autant que les nouvelles chansons de Stiles & Drewe n’y arrivent pas à la cheville des chansons originales de David Heneker. Heureusement, les choses s’améliorent dans le deuxième acte, en particulier parce que l’une des nouvelles chansons, “Pick Out a Simple Tune”, y fait un tabac justifié, juste après que Ian Bartholomew a fait un malheur avec l’une des chansons originales, “The One Who’s Run Away”.

Joli décor de Paul Brown, chorégraphies inventives et dynamiques d’Andrew Wright, orchestrations un peu légères bien que signées de l’excellent William David Brohn. C’est un spectacle avec des hauts et des bas, dont un transfert dans le West End a d’ores et déjà été annoncé.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)