“Charlie and the Chocolate Factory”
“The Stripper”

“Kinky Boots”

Adelphi Theatre, Londres • 16.7.16 à 14h30
Musique & lyrics : Cyndi Lauper. Livret : Harvey Fierstein.

Mise en scène : Jerry Mitchell. Direction musicale : Peter White. Avec Paul Ayres (Charlie Price [understudy / remplaçant]), Callum Francis (Lola [understudy / remplaçant]), Amy Lennox (Lauren), Amy Ross (Nicola), Jamie Baughan (Don), Michael Hobbs (George), …

J’ai vu ce spectacle à ses débuts à New York, où il est toujours à l’affiche, en mai 2013. Une production londonienne a également ouvert ses portes à la rentrée 2015, et je n’avais pas encore pris le temps de la voir. Bien que les auteurs de la comédie musicale soient américains, c’est, d’une certaine façon, un retour aux sources puisque l’histoire est basée sur un film anglais.

L’intrigue est à la fois simple et quelque peu capillotractée : une vénérable usine de chaussures de Northampton, au bord de la faillite, ne doit son salut qu’à une reconversion in extremis en direction d’un marché de niche : celui des drag queens. C’est une belle histoire humaine malgré ses invraisemblances — le personnage de Charlie, notamment, est affûblé d’une psychologie quelque peu incohérente à mon sens.

Si j’avais vu la production new-yorkaise avec ses deux stars, Stark Sands et Billy Porter, ce sont deux remplaçants qui officient en ce samedi après-midi à Londres. Je ne connais pas du tout les comédiens qu’ils remplacent, mais dire qu’ils sont excellents ne leur rend qu’imparfaitement justice. Dans le rôle de Lola, le jeune Callum Francis (dont la bio ne fait que quelques lignes) est tout simplement magnifique. Je ne dois pas être le seul à le penser puisqu’il vient d’être choisi pour mener la distribution de la production australienne, qui ouvrira ses portes à Melbourne à l’automne.

La partition de Cindy Lauper réussit le double exploit d’être efficace sur le plan dramatique et d’être plus qu’entraînante. Cette combinaison est redoutablement efficace… et l’on est d’autant plus facilement submergé par l’émotion que cette distribution londonienne déborde d’une énergie communicative.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)