“Rigoletto”
“Jekyll & Hyde”

Concert Orchestre de Paris / Järvi à la Philharmonie

Philharmonie de Paris • 26.5.16 à 20h30

Dubugnon : Caprice pour orchestre II (création mondiale)
Bartók : concerto pour violon n° 2 (Leonidas Kavakos, violon)
Chostakovitch : symphonie n° 6

Deux malencontreuses fautes de goût n’ont pas réussi à neutraliser le charme considérable d’un concert par ailleurs somptueux : le choix de Bach par Leonidas Kavakos pour son bis… et le “Tea For Two” déchiffré à vue par l’orchestre, laborieux, raide et sans fantaisie, en bis final.

Pour le reste, la soirée a été une succession de bonheurs, dans une appréciable homogénéité de ton.

La pièce de Dubugnon, d’une densité orchestrale inhabituelle dans la musique contemporaine, multiplie les clins d’œil, et l’orchestre fait vibrer avec esprit des passages nourris par un sens affûté du pastiche et par une fantaisie désinhibée et réellement réjouissante.

Le concerto de Bartók est marqué par le lyrisme exceptionnel de Kavakos, rendu possible par une affinité profonde avec la partition, sans parler de sa désarmante maîtrise technique.

La symphonie, enfin, est d’autant plus magnifique que l’orchestre s’y lance avec un enthousiasme communicatif — il y a bien longtemps que je n’avais vu autant de visages illuminés par un sourire radieux. Les solos élégiaques du premier mouvement prennent aux tripes (avec une mention spéciale pour le cor anglais de Rémi Grouiller), tandis que l’emballement du galop final est un véritable régal, plein d’esprit et porté par une irrésitible exaltation collective.

Décidément, l’Orchestre de Paris est au sommet, en ce moment…

Comments

pikoala

J'y étais itou. Première découverte de la nouvelle salle de la philharmonie...: bâtiment conçu avec les pieds (un étron chromé aux couloirs de 1,90m de hauteur couverts de plaques de métal qui doivent être impossibles à nettoyer, pas de poubelles, ni de tables au foyer...). La salle... disons que c'est une affaire de goût.
Concernant l'acoustique, je suis assez déçu: en première partie chez les pauvres derrière l'orchestre (pouah! mais le concerto m'a tout de même transporté, même dans ces conditions d'écoute, c'est dire), replacé ensuite chez les riches au parterre vers le 10ème rang à jardin: mieux, évidemment, mais le son reste tout de même assez flou.
Quelle est la meilleure place à ton avis? (Soit dit en passant, 15 balles pour les places de pauvre, c'est vraiment trop l'arnaque! pour ce prix je préfère acheter le CD!)

Laurent

> Par ordre décroissant de bonheur acoustique : i) le 2e balcon de face (mais on perd l'intimité visuelle) ; ii) le 1er balcon de face (le meilleur compromis) ; iii) le parterre (à condition de mesure moins d'1m70). Je ne connais pas l'arrière-scène, mais j'ai essayé le 2e balcon de côté : l'acoustique y est épouvantable. Il me reste à expérimenter le 1er balcon de côté.

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)