“Waitress”
“Zápisník zmizelého” / “La Voix humaine”

“A Little Night Music”

Huntington Theatre Company at the Boston University Theatre • 20.9.15 à 19h
Musique et lyrics : Stephen Sondheim. Livret : Hugh Wheeler. 

Mise en scène : Peter DuBois. Direction musicale : Jonathan Mastro. Avec Haydn Gwynne (Desirée Armfeldt), Bobbie Steinbach (Madame Armfeldt), Stephen Bogardus (Fredrik Egerman), Mike McGowan (Count Carl-Magnus Malcolm), Lauren Molina (Countess Charlotte Malcolm), McCaela Donovan (Petra), Pablo Torres (Henrik Egerman), Morgan Kirner (Anne Egerman), Lauren Weintraub (Fredrika Armfeldt)…

MusicJ’avoue avoir été un peu déçu par cette production de l’un des chefs d’œuvre de Sondheim. A Little Night Music commence par une longue introduction assez virtuose confiée à un quintette vocal, qui se doit d’être absolument impeccable. Or ce n’est pas le cas en l’occurrence… et on ne se remet jamais complètement de cette mauvaise impression initiale, d’autant qu’elle est marquée aussi par quelques difficultés dans la fosse.

Il y a pourtant de très bons comédiens dans la distribution, notamment Stephen Bogardus et Lauren Molina, deux “noms” de Broadway, qui ne font qu’une bouchée de leurs rôles respectifs — Molina est particulièrement irrésistible en Charlotte, mais c’est un rôle en or. On aime aussi beaucoup la Madame Armfeldt de Bobbie Steinbach, peut-être l’une des meilleures incarnations du rôle que j’aie vues.

Le cas de Haydn Gwynne est particulier. J’aime beaucoup cette comédienne anglaise, révélée par Billy Elliot, que j’ai vue également dans Company et dans Women on the Verge of a Nervous Breakdown. Mais je n’arrive pas du tout à la trouver crédible en Desirée (je respecte l’orthographe du livret), dont elle n’a selon moi ni le physique ni la voix.

La mise en scène est soignée… dans l’étonnant théâtre de la Boston University, un magnifique théâtre à l’italienne qui ressemble à une maison de Broadway. Le décor du deuxième acte, même s’il faut un peu “déjà vu”, est très réussi et permet de bien gérer les nombreux changements de lieux.

Mais les faiblesse de la distribution et les difficultés occasionnelles à l’orchestre empêchent à la pièce de s’élever complètement à la hauteur qu’elle mériterait.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)