Prom 59 : “Elektra”
“Sweeney Todd”

“The Lion King”

Salle Wilfrid-Pelletier, Montréal • 4.9.14 à 19h30
Musique et lyrics : Elton John et Tim Rice. Musique et lyrics additionnels de Lebo M, Mark Mancina, Jay Rifkin, Julie Taymor, Hans Zimmer. Livret de Roger Allers et Irene Mecchi.

Mise en scène : Julie Taymor. Direction musicale : Rick Snyder. Avec L. Steven Taylor (Mufasa), Patrick R. Brown (Scar), Jelani Remy (Simba), Nia Holloway (Nala), Tryphena Wade (Sarabi), Tshidi Manye (Rafiki), Drew Hirshfield (Zazu), Nick Cordileone (Timon), Ben Lipitz (Pumbaa), Jacquelyn Renae Hodges (Shenzi), Keith Bennett (Banzai), Robbie Swift (Ed)…

LionkingCe n’était pas franchement prévu, mais j’ai décidé un peu au dernier moment d’aller voir une représentation de cette tournée actuellement en villégiature à Montréal.

Le spectacle est présenté en anglais, avec des surtitres en français (pour les dialogues seulement, pas pour les chansons). Quelques clins d’œil français ont été insérés ici et là… et la reprise finale de “Circle Of Life” est interprétée intégralement en français. La fameuse plaisanterie sur les rideaux de douche Ikea se réfère ici à Target, mais prononcé à la française (ce qui donne quelque chose comme “Tar-jay”, ce qui fait beaucoup rire).

C’est le spectacle original de Julie Taymor, dans tout son génie et toute sa splendeur, qui est présenté dans l’immense (et confortable) Salle Wilfrid-Pelletier. Tout est là : le seul compromis par rapport à la production originale — à part qu’il n’y a qu’un seul éléphant, comme à Londres — est le fait que “Pride Rock” arrive depuis les coulisses et non par les dessous (mais les ingénieurs ont fait des miracles : la pièce circulaire “se déroule” comme un serpent pour devenir linéaire et rentrer gentiment en coulisse — et vice-versa ; c’est superbe à observer).

On retrouve de scène en scène ce sentiment d’émerveillement devant les trouvailles visuelles bluffantes de Julie Taymor. Et on se retrouve, comme toujours, béat d’admiration au moment où le portrait du défunt Mufasa apparaît par magie à Simba pour l’encourager à vivre son destin royal.

Belle distribution, très engagée. Je me sens comme d’habitude une affinité particulière pour le Scar délicieusement désagréable de Patrick R. Brown et pour les personnages comiques de Zazu, Timon et Pumbaa, vraiment bien écrits et délicieusement interprétés.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)