“Die Fledermaus”
“The Bridges of Madison County”

“Saving Mr. Banks”

Regal E-Walk Stadium 13, New York • 6.2.14 à 14h05

John Lee Hancock (2013). Avec Emma Thompson (P. L. Travers), Tom Hanks (Walt Disney), Colin Farrell (Travers Goff), Paul Giamatti (Ralph), Jason Schwartzman (Richard Sherman), B. J. Novak (Robert Sherman), Bradley Whitford (Don DaGradi), …

BanksCe film inattendu et touchant s’intéresse aux conditions dans lesquelles la redoutable P. L. Travers, la créatrice du personnage de Mary Poppins, a été amenée à collaborer avec les équipes Disney (notamment Walt Disney lui-même, mais aussi le célèbre scénariste Don DaGradi et les brillants compositeurs Richard et Robert Sherman) en vue de la création du film consacré à son héroïne.

La tradition orale rapporte que Travers détestait tout ce que Disney représentait à ses yeux et qu’elle n’approuva jamais vraiment le film bien qu’étant contractuellement dotée d’un pouvoir de contrôle absolu sur le scénario. Inutile de préciser que les recettes du film lui permirent de profiter confortablement des dernières années de sa vie.

Le scénario du film, nécessairement romancé, fait le choix de penser que l’hostilité de Travers cachait en réalité bien d’autres problèmes non résolus liés à son enfance — elle avait fait en sorte que ses origines australiennes modestes disparaissent derrière la façade parfaitement britannique qu’elle s’était construite. Il existe quelques raisons de penser que Travers n’était pas si déçue que ça par le film… et force est de constater que la Mary Poppins du film n’est pas si éloignée des écrits de Travers si on veut bien retourner les lire.

Quelle que soit la fidélité du scénario à la réalité, le film est un petit bonheur, marqué par quatre prestations d’acteurs ébouriffantes de la part d’Emma Thompson (juste sublime), Tom Hanks (impérial), Paul Giamatti (chaleureux et attachant) et Colin Farrell (au charme irrésistible). Sans compter la jeune Annie Rose Buckley, qui crève littéralement l’écran dans le rôle de Travers jeune. Les rôles secondaires sont tout aussi remarquables : Ruth Wilson (la mère de Travers), Jason Schwartzman et B. J. Novak (les frères Sherman) et Bradley Whitford (Don DaGradi).

On pourrait accuser le scénario de verser dans le sentimentalisme… mais le traitement du sujet est tellement bien ficelé et l’interprétation tellement soignée qu’on se laisse entraîner sans aucune résistance. Un régal.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)