“Scrooge the Musical”
L’expo Hopper au Grand Palais

Le concert Wagner du Philhar / Janowski (2/2)

Salle Pleyel, Paris • 6.1.13 à 16h
Orchestre Philharmonique de Radio-France, Marek Janowski

Wagner :
Parsifal : Enchantement du Vendredi Saint (Stephen Gould, Parsifal ; Albert Dohmen, Gurnemanz)
Siegfried Idyll
Götterdämmerung : Voyage de Siegfried sur le Rhin, Marche funèbre et Immolation de Brünnhilde (Violeta Urmana)

JanowskiUn concert au programme extrêmement séduisant (et de longueur idéale), fort bien réalisé. On débute très fort avec un "Vendredi saint" interprété magnifiquement par Albert Dohmen et Stephen Gould. Siegfried Idyll se perd un peu dans la guimauve, mais ce sont les arrangements de Wagner qui en sont principalement responsables.

Les trois extraits de Götterdämmerung qui composent la deuxième partie sont très intéressants à comparer. Janowski laisse aux solistes le temps de poser leurs traits sans trop de rigueur métronomique dans les deux extraits instrumentaux, ce qui contribue de manière significative à faire monter la tension, même si quelques respirations supplémentaires auraient sans doute permis de mieux laisser s'installer le climat dramatique (ce sont les silences qui font tout dans la Marche funèbre).

Malheureusement, dans la scène de l'immolation de Brünnhilde, Janowski redevient beaucoup plus rigide, en mode "accompagnement"... face à une Urmana à la voix brillante, trop brillante : sa Brünnhilde ne montre aucun signe de cet état d'exaltation qui marque son personnage à la fin de Götterdämmerung, alors qu'elle s'apprête à réaliser — enfin — un destin qui s'annonce depuis des heures. Je ne pense pas qu'on puisse donner à ce tableau l'intensité qu'il mérite en l'interprétant fraîche comme un gardon, en sortant de sa loge. (Je veux bien reconnaître qu’Urmana n'y peut pas grand' chose.)

J'étais venu sans préconception, mais ces deux concerts Wagner démontrent finalement à quel point le compositeur avait conscience d'écrire pour la scène. Même avec un orchestra en grande forme, une interprétation en concert ne peut qu'approximer de manière imparfaite l'intensité des situations et des sentiments.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)