“Falstaff”
“Flora the Red Menace”

“Matthew Bourne’s Early Adventures”

Sadler’s Wells, Londres • 26.5.12 à 14h30
Trois chorégraphies de Matthew Bourne. Avec Kerry Biggin, Tom Jackson Greaves, James Leece, Kate Lyons, Drew McOnie, Christopher Marney, Dominic North, Mikah Smillie, Joe Walkling.

Spitfire (1988). Musique : Glazounov, Minkus.

Town & Country (1991). Musique : J. S. Bach, Elgar, Eric Coates, Noël Coward, Percy Grainger, Rachmaninov, Jack Strachey.

The Infernal Galop (1989). Musique/chansons : Tino Rossi, Charles Trénet, Édith Piaf, Django Reinhardt, Émile Prudhomme, Offenbach.

Le chorégraphe Matthew Bourne célèbre ses 25 ans de carrière en reprenant trois pièces “de jeunesse”. J’aime beaucoup le travail de Bourne, dont je n’ai rien vu de nouveau depuis Dorian Gray il y a presque quatre ans. Ce petit retour en arrière confirme que les ingrédients qui rendent Bourne aussi plaisant — sa créativité, son espièglerie presque juvénile, son instinct visuel — étaient déjà bien présents dans ces créations de la fin des années 1980 et du début des années 1990.

C’est la pièce centrale, Town & Country, qui est de loin la plus aboutie. Sorte de commentaire amusé et amusant sur les modes de vie anglais, elle se compose d’une série de vignettes tour à tour virtuoses, comiques ou poétiques.

On y relève notamment le formidable tableau où “monsieur” et “madame” prennent leur bain tandis que les domestiques veillent à leur bien-être, les essuient et les rhabillent sans qu’ils n’arrêtent jamais de danser. Ou, mieux encore, le résumé en quelques minutes du film Brief Encounter, reproduit à l’identique par deux couples qui vivent la même histoire… jusqu’à la dernière seconde, irrésistiblement comique, où ils partent de manière inattendue sur des trajectoires différentes.

La deuxième partie de Town & Country est une irrésistible série de scènes majoritairement comiques sur la vie à la campagne… rendue franchement hilarante grâce à la participation inattendue de quelques marionnettes.

Spitfire se moque gentiment des “danseurs nobles” des grands ballets classiques en “cassant” triplement leurs codes : en caricaturant leurs gestes et attitudes ; en les faisant danser entre eux ; et en les représentant comme les mannequins qui apparaissent dans les catalogues de vente par correspondance, au rayon sous-vêtements… C’est la plus ancienne des créations de Bourne au programme… et il y démontre déjà sa capacité à empiler les niveaux de lecture et à glisser des clins d’œil malicieux aux endroits les plus inattendus.

Le moins passionnant des trois programmes est curieusement celui qui est présenté en fin de représentation. The Infernal Galop est un peu le pendant français de Town & Country, mais l’accumulation de poncifs trahit un certain manque de finesse et une inspiration beaucoup plus limitée. Sans compter l’accumulation de fautes de français dans le programme. Et Édith Piaf (même si l’orchestration de “L’Hymne à l’amour” est bluffante). Et Tino Rossi.

Le spectacle est servi par un remarquable groupe de danseurs manifestement très à l’aise avec le style Bourne, qui est loin de ne reposer que sur la prestation physique. On note en particulier l’importance du regard et des expressions faciales dans la façon dont Bourne raconte ses histoires — de ce point de vue, l’étonnant Tom Jackson Greaves est le plus irrésistible.

Mais c’est le fascinant Christopher Marney qui propose les prestations les plus abouties, les solos les plus intenses. Il a une carrure un peu différente des autres, et il s’en sert à merveille pour démultiplier son expressivité, avec un sens inégalé de la continuité d’intention et d’exécution.

On est également heureux de voir le charmant Drew McOnie dans la troupe. Chorégraphe talentueux (Patience, The Producers, Soho Cinders, Grand Hotel, Dames at Sea, On the Twentieth Century), McOnie est aussi un danseur attachant. Sa bio indique quelques projets à venir qui semblent fort tentants…

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)