Concert Orchestre de Paris / Frühbeck de Burgos à Pleyel
“Lucia di Lammermoor”

“Der Bettelstudent”

StadtTheater, Klagenfurt • 7.1.11 à 19h30
Karl Millöcker (1882). Livret de Friedrich Zell & Richard Genée, d’après notamment Fernande de Victorien Sardou et The Lady of Lyons de Edward Bulwer-Lytton. Dialogues revus par Emmy Werner pour cette production.

Direction musicale : Mitsugu Hoshino. Mise en scène : Emmy Werner. Avec Kurt Schreibmayer (Colonel Ollendorf), Daniel Prohaska (Symon Rymanowicz), Erwin Belakowitsch (Jan Janicki), Torsten Frisch (Enterich), Martin Leitner (Piffke), Gerhard Kuschej (Puffke), Stefan Bischoff (von Richthofen), Gisela Ehrensperger (Palmatica, Comtesse Nowalska), Frauke Schäfer (Laura Nowalska), Simona Eisinger (Bronislawa), Franz Wyzner (Onuphrie), Thomas Tischler (Bogumil Malachowski), Dorothea Zimmermann (Eva), Jens Schnarre (von Wangenheim), Florian Claus (von Schweinitz), Erik Göller (von Henrici).

Le magnifique théâtre de Klagenfurt offre l’opportunité trop rare d’entendre l’un des joyaux du répertoire de l’opérette, Der Bettelstudent, du Viennois Karl Millöcker. Une œuvre qui fit la fortune de son auteur et qui fit le tour du monde, même si elle est aujourd’hui moins célèbre que les opérettes de Johan Strauss II ou de Gilbert & Sullivan, dont elle est contemporaine. (Millöcker est enterré au Zentralfriedhof de Vienne : voici la photo de sa tombe, prise lors d’une visite en 2008.)

Le théâtre a mis les petits plats dans les grands en proposant une production à grande échelle, avec un orchestre au grand complet (l’excellent Kärtner Sinfonieorchester) et une distribution nombreuse. La plupart des chanteurs sont issus de la troupe permanente du théâtre : ils sont globalement de bon niveau, même si les premiers rôles ont un peu de mal avec les passages les plus difficiles, notamment les fréquentes montées dans l’aigu.

Mais cela n’empêche en rien la représentation d’être un vrai plaisir tant la partition de Millöcker est charmante. Elle regarde fréquemment du côté de la valse, de la polka, de la polonaise… et elle enchante par son irrésistible contenu mélodique.

Le public ne s’y est pas trompé : le spectacle se joue à guichet fermé.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)