« “Aspects of Love” | Accueil | “The Scottsboro Boys” »

07 août 2010

Commentaires

Philippe[s]

Mise en scène foisonnante, complexe en effet, mais d'une intelligence remarquable, et magnifiquement réalisée, qui ne peut certainement pas s'apprécier avec une seule vision (ce qui fait d'autant plus regretter la probable absence de captation en DVD).
Vous omettez de citer le rôle central de Bayreuth voulu par Herheim (la villa Wahnfried, la tombe de Wagner omniprésente au premier plan...), comme une sorte de lieu de la rédemption (avec le Bundestag).
J'ai un excellent souvenir de la direction de Gatti (l'année dernière), Kwangchul Youn est effectivement génial (il sera à Paris la saison prochaine dans une version de concert), et je confirme l'inconfort des sièges !!
En tout cas, Parsifal à Bayreuth est une expérience inoubliable, et on ne souhaite qu'une chose ; y retourner...

Account Deleted

Merci Laurent, vraiment, pour ce billet passionnant qui ne donne que des regrets de ne pas avoir assisté à cette représentation.
J'interviens brièvement autour de ce que tu présentes des requis de la mise en scène qui en effet semble percutante.
L'aspect œdipien indéniable n'est pas sans évoquer l'approche de Syberberg, qui se justifie fort bien. Du reste, l'aspect politique aussi que tu soulignes m'y fait encore penser.
Il me semble que concernant Kundry, il y a deux voies principales de lecture qui s'accordent à la partition(texte) : celle de la symbolique maternelle qui souvent se couple au "diabolisme" supposé de Kundry induit par Klingsor qui est évidemment "la castration" par extension et celle de la femme non-femme Kundry (je pense à Lehnhoff ici).
La (fausse) dualité enfant/adulte de Parsifal semble s'inscrire en ligne logique dans cette lecture freudienne et attachée aux signifiants de l'œuvre. L'enfant blessé est toujours celui de l'œdipe à la fois entre innocence et désacralisation.
Mais je ne vais pas surcharger ton excellent écrit de bavardages analysants/analytiques. :D

Est-il vraiment certain qu'aucune captation DVD n'aura lieu?

Laurent

Philippe[s] > Merci pour ce commentaire. Oserai-je avouer que la référence à la Villa Wahnfried (que je n’ai pas visitée) m’avait totalement échappé ? Quant à la tombe de Wagner… C’est ce monticule omniprésent à l’avant-scène ? Y a-t-il un signe de reconnaissance qui m’ait échappé, lui aussi ? En tout cas, cela expliquerait l’attitude de Gatti, qui a “remercié” le monticule pendant les saluts : je trouvais bizarre que ce soit le chef qui remercie le souffleur… Si c’est Wagner qu’il remerciait, c’est déjà plus compréhensible…

Ariana > J’ai beaucoup pensé à toi pendant la représentation (et en écrivant mon billet) tant je me disais que les choix de mise en scène t’auraient intéressée. Il me semble qu’il arrive que les productions de Bayreuth soient retransmises en direct à la télévision allemande : il y a peut-être un enregistrement qui circule, il faudrait chercher un peu plus…

Je viens de trouver (ici) un commentaire très développé, qui répond en partie à mes interrogations et à mes remarques. Il est en outre émaillé de fort belles photos de la production.

Account Deleted

Merci beaucoup (pour les pensées également :D, tu as fait mouche en exposant brillamment ces réflexions), les photos sont littéralement superbes. A priori, je me dirais conquise par ce dispositif ainsi que l'approche purement esthétique!
Je vais évidemment lire ce texte (j'avais oublié l'existence de ce site; et pourtant!!).

Saint chaffre

Merci pour ces "souvenirs de Bayreuth" et pour les commentaires de Philippe et Ariana. Les miens seront juste anecdotiques : J’ai eu la chance d’assister à la générale l’année dernière : A la fin des « proben », la coutume est d’applaudir très discrètement, car il ne s’agit encore que d’une répétition (il n’y a pas de saluts). A la fin du Parsifal « de Herheim », le public a enfreint cette coutume (et pourtant, à Bayreuth, les coutumes sont tenaces) et a offert au metteur en scène –à son pupitre dans la salle- une longue (à allemande, quoi) « standing ovation ». Je confesse avoir eu l’impression d’être témoin de quelque chose d’intense à ce moment là, en plus de la magie de l’œuvre : un Bühnenweihfestspiel ? Sinon, j’ai appris après la représentation qu’il y a eu un vif débat entre Gatti et Hermeim a propos de la pantomime pendant le prologue et que le metteur en scène a du « ferrailler dur » pour l’imposer au chef. Je confesse avoir été très agacé par celle-ci, mais par la suite, « bluffé » par la mise en scène, comme les 1973 autres spectateurs. Juste un petit avis personnel sur le final du deuxième acte, en honnête amateur de Wagner du XXI siècle, je suis allergique aux croix gammées en général mais aussi, et surtout, sur les scènes d’opéra : Portant, ici « elles tombent bien » : La séquence est aussi rapide que forte et donne un tableau très impressionnant visuellement. Bluffé.

Account Deleted

Merci à vous Saint Chaffre; vous apportez de nouveaux éléments à ce que je parviens à percevoir de l'intention d'Herheim qui décidément me rappelle très fortement à Syberberg.
Avez-vous souvenir dans le film du moment auquel le fanion nazi tombe "bien" mais de manière à provoquer le spectateur?
Tout comme vous j'ai une aversion pour le sur-usage de renvois au nazisme chez Wagner : ce n'est pas le propos.
Mais il faut reconnaître d'après ce que vous en dîtes ainsi que Laurent, comme pour Syberberg, un usage à propos.
J'enragerais presque de découvrir que la production n'aurait pas été enregistrée..
Me reste à croiser les doigts très forts :-)
Bien à vous.

Philippe[s]

A Prelude is not “time for the conductor"
http://www.wagneropera.net/interviews/stefan-herheim-gatti-preludes.htm

Laurent

> Merci ! Je l'adore, ce type... ne serait-ce que parce qu'il parle de "musical theatre" dans sa dernière réponse...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Pages

Mes autres antres digitaux

  • Sydney 2012
    Mon premier voyage en Australie.
  • Asie 2010
    Un petit périple autour de la Mer de Chine Orientale
  • Argentine et Chili 2008
    De Buenos Aires à Santiago en 18 jours.
  • Bhoutan 2007
    Le journal de mon voyage au Bhoutan, avec des passages à Bangkok, Delhi et Agra.
  • Asie 2006
    Carnet de bord de mon voyage à Hong-Kong, au Japon et aux Philippines en mai 2006.
  • Theatre Addict
    Mon blog en anglais, interrompu pour cause de manque de temps. Je n’y commentais que les comédies musicales.

Quelques sites indispensables

  • Regard en Coulisse
    Le site de référence du théâtre musical en France.
  • BroadwayStars
    Compil. de news sur les scènes anglo-saxonnes [en anglais].
  • Playbill On-Line
    La source d'information privilégiée sur le théâtre à New York [en anglais].
  • Whatsonstage.com
    Le meilleur site d'informations sur les scènes londoniennes [en anglais].