“The Kid”
“City of Angels”

“Sondheim on Sondheim”

Studio 54, New York • 22.5.10 à 19h
Musique et lyrics : Stephen Sondheim

Sos Conception et mise en scène : James Lapine. Direction musicale : David Loud. Avec Barbara Cook, Vanessa Williams, Tom Wopat, Leslie Kritzer, Norm Lewis, Euan Morton, Erin Mackey, Matthew Scott.

La planète “comédie musicale” est mise en ébullition cette année par le quatre-vingtième anniversaire de Stephen Sondheim, et ce spectacle est l’une des contributions new-yorkaises à la série d’hommages rendus au maître contemporain du genre.

J’ai déjà eu l’occasion de le dire, les chansons de Sondheim ne s’épanouissent qu’imparfaitement dans le genre “revue”, dans lequel elles sont sorties de leur contexte naturel. Elles sont en effet tellement liées au contexte et aux personnages de chaque œuvre qu’elles semblent toujours un peu orphelines lorsqu’on les isole. C’est d’ailleurs exactement cela qui fait de Sondheim un auteur de théâtre aussi génial.

Pour tenter de compenser cet aspect, il faut donc rassembler des interprètes talentueux et, si possible, trouver un concept unificateur qui atténue un peu les conséquences de la perte de contexte.

L’objectif est partiellement atteint avec ce Sondheim on Sondheim, conçu par James Lapine, avec qui Sondheim écrivit notamment Sunday in the Park With George, Into the Woods et Passion. Le spectacle est organisé autour d’interviews de Sondheim projetées sur un impressionnant mur audio-visuel capable de se reconfigurer de multiples façons. On y découvre un Sondheim particulièrement attachant, détendu, plein d’humour, capable de prendre du recul par rapport à son œuvre mais aussi à sa vie personnelle. On y apprend pas grand’ chose pour qui s’intéresse un peu à Sondheim, mais ces séquences forment un socle sans lequel le spectacle aurait sans doute beaucoup moins d’assise.

Les interprètes sont généralement superbes : la divine Barbara Cook, qui n’a plus rien à démontrer ; Vanessa Williams, styliste vocale suprême ; le chaleureux Tom Wopat ; Leslie Kritzer, que l’on retrouve avec plaisir après son tour de force dans Funny Girl au Paper Mill Playhouse il y a quelques années ; le somptueux Norm Lewis, dont la voix ferait fondre le plus endurci des cœurs de pierre, etc.

Quelques touches d’humour plutôt bien pensées ponctuent le spectacle, comme cette collection d’interprétations de la chanson “Send in the Clowns” trouvées sur YouTube.

Grâce aux interviews projetées, on ressort satisfait et séduit, mais certainement pas bouleversé comme on l’est généralement à la sortie d’un spectacle de Sondheim – après tout, comme le dit Sondheim lui-même, ses chansons ne sont pas autobiographiques, elles sont indissociablement liées aux œuvres pour lesquelles elles ont été écrites. Mais c’est la loi du genre…

Vivement que quelqu’un ait l’idée d’éditer un DVD avec toutes les séquences que l’on imagine tournées mais non utilisées en vue du spectacle.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)