Concert Gewandhausorchester Leipzig / Chailly / Ashkar au KKL de Lucerne
“Mahagonny Songspiel” / “Die sieben Todsünden”

Concert CSO / Haitink au KKL de Lucerne

KKL, Lucerne • 13.9.09 à 18h30
Chicago Symphony Orchestra, Bernard Haitink

Mozart : symphonie n° 41, “Jupiter”
Chostakovitch : symphonie n° 15

Bonne nouvelle : Haitink se déplace à nouveau sans canne, même s’il éprouve encore visiblement quelques difficultés à marcher et s’il dirige une partie du concert assis sur un tabouret placé sur le podium.

La symphonie “Jupiter” est impeccable mais nettement trop lisse à mon goût. (Elle sera au programme du premier des deux concerts du CSO à Pleyel, le 20 septembre prochain.)

La quinzième symphonie de Chostakovitch figure manifestement parmi les œuvres fétiches de Haitink car c’est la troisième fois que je le vois la diriger, chaque fois à la tête d’un orchestre différent. La première fois, c’était avec le LSO, à Londres, en janvier 2006 ; la deuxième fois, avec l’ONF, à Paris, en décembre 2006. (Et il y aura, si tout va bien, une quatrième fois avec un orchestre différent et dans une ville différente au mois de mars prochain.)

Je suis toujours aussi fasciné par cette étrange symphonie, qui semble regarder à la fois vers le passé (la citation de Rossini, les auto-citations) et vers un avenir bizarre et incertain (le thème du Destin de la Tétralogie, l’atmosphère lunaire du quatrième mouvement). Elle permet à une bonne partie des solistes de l’orchestre de briller à tour de rôle. Le violoncelliste solo est particulièrement remarquable dans le deuxième mouvement. Le trompettiste, en revanche, connaît plusieurs loupés. Dans le quatrième mouvement, Haitink s’approche de la limite du supportable avec son interprétation très en demi-teinte et très lente.

C’est encore un très joli moment dans l’ensemble, mais je ne suis pas tout à fait aussi enthousiasmé que par la récente interprétation de Gergiev à Baden-Baden

Je ne sais si le clin d’œil est voulu, mais jouer en Suisse une symphonie qui cite plusieurs fois l’ouverture du Guillaume Tell de Rossini dans son premier mouvement me semble plutôt amusant.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)