Brünnhilde
Un hommage éblouissant et indispensable

Concert Concertgebouworkest / Jansons à Amsterdam

Concertgebouw, Amsterdam • 22.8.09 à 20h15
Koninklijk Concertgebouworkest, Mariss Jansons

Schnittke : Ritual
Haydn : symphonie n°100
Chostakovitch : symphonie n°10

Cg Superbe concert donné dans le cadre du festival annuel de musique sponsorisé par Robeco.

Construit sur le principe du crescendo progressif qui enfle jusqu’à un tutti déchaîné auquel succède un decrescendo symétrique qui s’achève lui-même sur un effilochement infini du son, le Ritual de Schnittke est une pièce d’introduction idéale pour un orchestre aussi brillant. L’apex médian est électrique… et je vois avec amusement un spectateur du balcon mettre les mains sur ses oreilles.

Symphonie de Haydn un peu pépère mais interprétée de manière extrêmement soyeuse par un orchestre très attentif à la couleur. L’acoustique légèrement réverbérante de la salle ne permet cependant pas d’obtenir la clarté que l’on associe de nos jours à la musique de Haydn. Jansons s’amuse à faire jouer les mesures de percussion qui accompagnent les 70 dernières mesures du finale par une fanfare de quatre instruments qui pénètre par l’arrière de la salle et s’avance progressivement jusqu’à la scène. Timing idéal pour combattre le côté un peu plan-plan de la musique.

La deuxième partie est consacrée à une interprétation proprement enthousiasmante de l’hypnotique dixième symphonie de Chostakovitch, qui me met presque toujours en joie (comme ici ou ). Si on peut peut-être reprocher à Jansons une certaine rigidité dans les tempi, l’expérience sonore est un enchantement grâce à la palette des timbres de l’orchestre et son attention à la beauté des lignes mélodiques. Comme d’habitude, le vertigineux deuxième mouvement me laisse avec un sourire béat gravé sur le visage. (Jansons le prend vite, mais pas tout à fait autant que Dudamel dans cet enregistrement étonnant.) L’accélération finale est aussi superbement négociée, ce qui permet d’achever l’exécution sur une note extrêmement spectaculaire.

C’est sans doute ce qui explique la standing ovation instantanée de l’ensemble de la salle, qui fait un triomphe à l’orchestre et à son chef. Je partage son enthousiasme.

Non seulement le billet du concert permet de prendre gratuitement les transports en commun avant et après le concert, mais les boissons servies avant le concert et à l’entracte sont gratuites ! Les Hollandais ont tout compris…

Comments

Philippe Delaide

Cher Laurent. Sans parler de l'acoustique de cette salle proprement légendaire ! Sur Jansons je suis en général un peu confondu. Il me semble par moment un peu "raide" dans sa lecture des œuvres symphoniques. On a un sentiment étrange et désagréable d'étouffement. Avec Avro Klassiek les Hollandais ont aussi tout compris. Belle leçon sur des recettes simples et efficaces pour rendre la belle musique accessible au plus grand nombre.

Laurent

> L’acoustique est en effet luxueuse, voire luxurieuse. Je comprends très bien ce que vous dites de Jansons — j’évoque d’ailleurs dans ma note la “rigidité des tempi” — mais je trouve que sa maîtrise de la dynamique et (du moins avec un tel orchestre) des couleurs compense largement ce petit défaut.

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)