“Johannes-Passion”
“Padmâvatî”

“Parsifal”

Opéra Bastille, Paris • 23.3.08 à 14h30
Richard Wagner (1882)

Mise en scène : Krzysztof Warlikowski. Direction musicale : Hartmut Haenchen. Avec Christopher Ventris (Parsifal), Waltraud Meier (Kundry), Alexander Marco-Buhrmester (Amfortas), Franz Josef Selig (Gurnemanz), Evgeny Nikitin (Klingsor), Victor von Halem (Titurel)…

Il y avait une certaine logique (un peu tirée par les cheveux, j’en conviens) à poursuivre ce week-end pascal, après les deux passions de Bach, par une représentation de Parsifal.

J’avais déjà eu la chance d’entendre un Parsifal assez exceptionnel sur le plan musical il y a quelques mois à Londres. L’interprétation du génial Harmut Haenchen (découvert à Amsterdam) est à peu près aussi fascinante que celle de Haitink, toute en tensions et en longues lignes mélodiques fabuleusement captivantes. La spatialisation des voix et de certains instruments est une franche réussite.

La distribution est de fort bonne tenue. J’ai beaucoup aimé l’Amfortas d’Alexander Marco-Buhrmester : son air du premier acte — qui est l’un des moments forts de l’œuvre pour moi — fut proprement déchirant. Très bonne prestation également de Franz Josef Selig en Gurnemanz. Quant à Waltraud Meier, qui n’a plus rien à démontrer, elle frappe surtout par l’engagement qu’elle met au service de la mise en scène de Warlikoswski.

Ah oui, d’ailleurs, la mise en scène. Je m’étais préparé au pire et j’ai été très agréablement surpris. Ce qu’on peut reprocher à Warlikowski, c’est son utilisation un peu maladroite et étriquée de l’immense espace scénique de Bastille. Mais, pour le reste, sa mise en scène m’a semblé d’un classicisme à toute épreuve, et servie de surcroît par un très joli sens de la composition (superbes images, belles lumières). Les huées au moment des saluts m’ont semblé incompréhensibles.

Parsifal, qui est plus une fable qu’un récit traditionnel, n’est ancré dans aucune époque. Le représenter dans un décor modernisant ne me semble aucunement problématique. J’ai beaucoup aimé la composition visuelle de la scène de la communion, la robe verte de Kundry à côté du costume rouge et noir de Klingsor (quoi de plus classique ?)… ou encore la très belle idée consistant à représenter par une grande croix rouge projetée le signe de croix qui donne la victoire à Parsifal face à Klingsor à la fin du deuxième acte.

Le plus contestable, peut-être, c’est ce gamin qui arpente la scène pendant les deux premiers actes et dont on comprend ensuite qu’il figure le personnage d’Edmund dans le film Allemagne année zéro de Rosselini, dont un très court extrait est projeté au début du troisième acte — celui qui précède le suicide du personnage (qui n’est pas montré). Cette façon de plaquer une parabole de la renaissance sur l’histoire d’un pays à reconstruire au lendemain d’une guerre ne m’a pas gêné : c’est un peu naïf et pas très élaboré mais, au fond, pourquoi pas ?

Une fois de plus, Warlikowski puise une partie de son inspiration dans le répertoire cinématographique, un médium à mon sens autrement moins puissant que la redoutable combinaison vivante de théâtre et de musique que constitue l’opéra. Cette défiance vis-à-vis de son propre art est peut-être ce qui me gêne le plus chez lui et ce qui marque le plus nettement les limites de son talent.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)