“Le Scaphandre et le papillon”
“Евгений Онегин”

Concert

Barbican Hall, Londres • 7.3.08 à 19h30
London Symphony Orchestra, Valery Gergiev

Schönberg : symphonie de chambre n°1
Mahler : symphonie n°7

Je le dis à chaque fois : les œuvres de jeunesse de Schönberg m’enchantent. Cette symphonie de chambre n’échappe pas à la règle, même si l’acoustique de Barbican Hall n’est pas nécessairement la plus appropriée pour une formation d’une quinzaine de musiciens.

Puis vient un moment inoubliable. Du grand, du très grand Gergiev. Ses qualités de “raconteur de musique” sont magnifiquement mises à contribution dans cette septième symphonie, dont les trois mouvements centraux ne sont pas faciles à manœuvrer tant ils sont en rupture avec le langage du premier mouvement. Mes expériences récentes de cette septième sont pour le moins variées : Barenboim avec l’orchestre de la Staatskapelle de Berlin, Tilson Thomas avec le San Francisco Symphony, Mehta avec l’Orchestre Philharmonique d’Israël.

Là où Gergiev fait des merveilles, c’est dans sa capacité à donner du sens à chacun des cinq mouvements en maintenant une superbe homogénéité de ton et d’intention malgré les nombreuses ruptures de couleur et de dynamique de la partition. Encore plus remarquable, il le fait tout en multipliant par ailleurs les accents, les aspérités, les contrastes. Le quatrième mouvement, la deuxième “Nachtmusik”, en devient presque bouleversant. Cette capacité à donner du sens va jusqu’à amener des fins de mouvements d’une force et d’une évidence écrasantes. En cela, il va bien plus loin encore que Tilson Thomas. On reste “en tension” de la première à la dernière note de la partition, sans la moindre tentation de relâchement.

Le LSO étincelle par la qualité de ses pupitres : les cuivres, bien sûr (malgré une faiblesse prolongée du trompette solo au début du dernier mouvement), mais aussi les vents, particulièrement mis à contribution.

Le public londonien, d’habitude assez réservé même dans l’enthousiasme, se déchaîne. Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas cassé la voix à crier “bravo”.

Reprise du concert dimanche après-midi à Pleyel (Mahler seulement).

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)