“Евгений Онегин”
Concert

Concert

Royal Festival Hall, Londres • 8.3.08 à 19h30
Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, Mariss Jansons

Wagner :
Tannhäuser : ouverture
Götterdämmerung : “Le Voyage de Siegfried sur le Rhin”
Lohengrin : prélude de l’acte 3
Götterdämmerung : “Marche funèbre”
Tannhäuser : “Bacchanale”
Wesendock Lieder (Mihoko Fujimura, mezzo-soprano)
Lohengrin : prélude de l’acte 1
Die Walküre : “La chevauchée des Valkyries”

Bien qu’ayant passé la semaine en Bavière pour raisons professionnelles, c’est à Londres qu’il faut que je vienne pour entendre le superbe Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks.

Concert magnifique. L’ouverture de Tannhäuser est tellement sublime qu’elle attire déjà des ovations très fournies. Jansons exploite avec un bonheur évident l’étonnante capacité de l’orchestre à passer en un clin d’œil du pianississimo le plus subtil au tutti le plus débridé. Il adopte des tempi assez posés, notamment dans la “Marche funèbre” du Crépuscule des Dieux, que je n’avais jamais entendue aussi lente.

Les Wesendock Lieder sont un enchantement. Mihoko Fujimura (entendue il y a peu en Waltraute dans le Götterdämmerung de Covent Garden) est exquise. J’aime beaucoup son timbre très “plein” : même dans les aigus, il reste beaucoup plus que le fil ténu auquel se réduit parfois la voix de certaines chanteuses ; dans le grave, c’est l’extase. Au surplus, sa prononciation de l’allemand, qui fait claquer les consonnes sans aucune dureté, est un bonheur. L’orchestre est somptueux, notamment dans “Im Treibhaus”.

Après une chevauchée des Valkyries rondement menée, les musiciens préparent la partition du bis, mais Jansons préfère s’arrêter malgré les manifestations plus qu’enthousiastes du public.

Lorsque j’entre dans la salle, trois contrebassistes sont sur scène pour répéter “Frère Jacques”. C’est que l’Orchestre joue aussi la première symphonie de Mahler durant cette tournée. Rendez-vous dimanche au Théâtre des Champs-Élysées pour l’entendre.

J’ai eu la malchance de me retrouver assis à côté d’un vieux monsieur qui sentait violemment le moisi. Heureusement, l’odeur avait tendance à s’atténuer lorsqu’il ne bougeait pas. Quand il bougeait, un masque à gaz eût été le bienvenu. Cela m’a rappelé une autre mésaventure olfactive.

Comments

zvezdo

c'est passé à la radio cette semaine (en direct du Herkulessaal de la residenz, s'il vous plaît). Sans odeur de moisi ni de poisson Gott sei dank !

Laurent

> Ah oui, je vois qu’ils ont donné le concert jeudi et vendredi à la Herkulessaal, avec diffusion en direct vendredi sur Bayern 4 Klassik.

DavidLeMarrec

De surcroît, cette chanteuse est toujours très inspirée dans ses inflexions expressives, et les Wesendonck doivent convenir idéalement à sa tessiture (sans même parler de ses couleurs crépusculaires).

Alors, puisqu'il faut bien que quelqu'un se dévoue : ses [t] sont trop alvéolaires, plus de l'anglais que de l'allemand, c'est un scandale. C'est pourquoi je n'aurais voulu pour rien au monde en être. Pouah.


[Pleurs étouffés.]

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)